Séminaire

​2017-2018 : ​

Séminaire Filmer le champ social : 

« Le film comme lieu des possibles? » Cinéma documentaire et pratiques réflexives en sciences sociales

Daniel Friedmann, Monique Peyrière,

3e mercredi du mois de 15 h à 18 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2017 au 20 juin 2018

Le niveau requis est celui du master pour les étudiants qui souhaitent valider  les 6 ECTS. Les auditeurs libres sont acceptés quel que soit le niveau. Le séminaire est ouvert à chacun intéréssé par le cinéma documentaire dans sa relation aux sciences sociales.

« Comment te débrouilles-tu avec la vie » ? Telle était la question autrefois posée par Flaherty à Nanook dans les années 20, reprise en 1960 sur le tournage du film de Jean Rouch et Edgar Morin Chronique d’un été. Bien connus des chercheurs en sciences sociales, ces films pointent ce vers quoi le séminaire  souhaite inscrire ses réflexions sur le contemporain : le film comme une proposition capable d’accueillir, de décrire, de critiquer, de réfléchir l’espace commun de nos manières de vivre.

Le film exhibe ce que le texte sociologique tend à refouler, le visage et le corps du sujet pensant. Pour Gilles Deleuze « Ce qui fait partie du film c’est de s’intéresser aux gens plus qu’au film, aux « problèmes humains » plus qu’aux « problèmes de mise en scène », pour que les gens ne passent pas du côté de la caméra sans que la caméra ne soit passée du côté des gens ». Un nombre croissant de cinéastes, d’artistes procèdent ainsi au sein de collectifs qui décident d’agir en immersion dans des territoires. Est-ce une nécessité de se rapprocher d’un réel démantelé et fracturé, de trouver une manière de s’y inscrire ? Comment se pensent aujourd’hui ces gestes d’engagement ? De quelles critiques du vivre le film peut-il se révéler l’enjeu ? Comment se négocient les temporalités du récit « avec » les filmés ? Que cherche t-on, ensemble ?

Au cours de l’année 2017-2018, le séminaire invitera ces cinéastes et filmés pour lesquels « faire du cinéma » dans des environnements conflictuels c’est parfois faire le choix de ce que Deleuze nomme « la fonction fabulatrice des pauvres » : attention portée au faux, aux doubles et aux métamorphoses pour laisser le récit (ad)venir dans la vie.

__

Mercredi 15 Novembre
15h -18 h  en salle 8 du 105 bd Raspail.
« Filmer en immersion avec les jeunes mineures d’une prison de Téhéran​ »
En présence du réalisateur et anthropologue iranien Mehrda Oskouei
​Extraits du film
Starless Dreams (Des rêves sans étoiles)  Iran, 2016, 76′
de Mehrdad Oskoue

Le réalisateur pose sa caméra dans un milieu fermé, auprès de jeunes filles incarcérées en Iran. Il porte un regard sensible sur ces jeunes femmes à la fois dures et tendres. Elles ont tué, volé, mais ont aussi été abusées, violées. Pour ces victimes d’un système familial et social injuste, le film devient un temps pour proposer une forme à leurs vies.

Prix Nanook du Festival Jean Rouch 2016
Prix Amnesty International de la Berlinale 2016

_______________________________

Séminaire « Filmer le champ Social »
Monique Peyrière et Daniel Friedmann
Centre Edgar Morin IIAC-CNRS/EHESS
EHESS 105 Bd Raspail- Salle 8, 15h-18h

2016-2017: Filmer la vulnérabilité du monde. Pratiques filmiques et réflexivité en sciences sociales

Si les pratiques des réalisateurs de films documentaires se différencient de celles des chercheurs en sciences sociales dans leurs méthodes, leurs questionnements et leurs écritures, il est pourtant un moment où elles se croisent de manière féconde : celui de l’immersion dans un terrain d’enquête. Filmeurs et chercheurs partagent alors les mêmes incertitudes. Certains d’entre eux adoptent des protocoles stricts d’observation, interrogent la juste distance susceptible de construire un « point de vue », un « regard » ; d’autres cherchent des manières différentes d’opérer au nom de leur engagement citoyen : comment donner sens à ce qui se passe là, à plusieurs ?  Comment penser/filmer, entre égaux, une dramaturgie du « réel » ? Terrains fragiles pour réfléchir une éthique d’équité démocratique.

Le film exhibe ce que le texte sociologique tend à refouler, le visage et le corps du sujet pensant. Fort de cette hypothèse, le séminaire « Filmer le champ social » a, l’an passé, proposé une programmation de films en réponse à cette question insistante : « Peut-on filmer la pensée ? ». Dans un mouvement de renversement, le séminaire souhaite désormais, au cours de l’année 2016-2017, réexaminer les situations d’enquête en immersion, à partir des pratiques cinématographiques actuelles.

Il accueillera les équipes qui filment ceux qui cohabitent dans un monde complexe, d’exclusion, de relégation, de rébellion, non pour accompagner un travail social ou thérapeutique mais bien pour interroger « avec » eux ce qui fait rupture, sens et nœuds pour tous, la texture d’une expérience polyphonique. Prolégomènes à des ​écritures cinématographiques singulières, politiques, comme un « possible »!

Le séminaire est associé à une initiative étudiante : le ciné-club PSL-Filmer le champ social, qui organise des cinés-débats au cinéma Le Champollion (75005) le 3elundi du mois, à 20 h, en présence des cinéastes documentaristes.

_________________________________

Mercredi 16 novembre 2016
Filmer en immersion dans un quartier populaire

En présence des cinéastes Manon Ott et Gregory Cohen
Présentation de deux films en cours par Manon Ott et Grégory Cohen réalisés avec les habitants d’un quartier populaire de la ville des Mureaux en région parisienne. Tous deux cinéastes et doctorants à l’Université d’Evry, ils ont commencé à travailler aux Mureaux il y a près de six ans, au travers de leurs recherches, d’ateliers de cinéma et de photographie, avec les habitants de ce quartier, où ils ont également habité. Ils y préparent actuellement deux films, l’un en documentairel’autre en fiction (En mode loveur).

Projection d’extraits du film en cours de Manon Ott, suivie d’une discussion avec les deux cinéastes et chercheurs : portrait politique et poétique de ce territoire ouvrier en mutation, le film part à la rencontre de ses habitants, à l’écoute de leurs paroles, de leurs révoltes et de leurs quêtes de liberté.

Le film en cours de Grégory Cohen, En mode loveur, sera présenté lors d’une prochaine séance du séminaire.

_________________________________

Mercredi 14 décembre 2016
« Déplacer les regards : Quand les filmés prennent la caméra et inventent le réel »

En présence des cinéastes Laureline Delom et Laurie Lassalle. 

Projection des courts-métrages :

1 – Ceci n’est pas un film, film collectif ; 28 minutes – 2014
Réalisatrice: Laureline Delom

Pendant plusieurs mois un atelier cinéma a été mis en place au LHSS St Michel (Lits Halte Soin Santé du Samu Social) à Saint Mandé. Après avoir visionné différents films et courts-métrages, les résidents ont collectivement réfléchi à ce que pourrait être leur film.
Aux scènes tournées par les hébergés eux-mêmes et dans lesquelles ils se mettent en scène, sont juxtaposés des échanges enregistrés lors des ateliers. Entre fiction et documentaire, Ceci n’est pas un film, interroge les représentations sur les personnes sans-abris et convoque les imaginaires afin de réinventer le quotidien du centre.

2 – Je suis Gong2015, 19 minutes.
Réalisatrice: Laurie Lassalle

Dans le cadre des ateliers de l’association Mille visages. Court métrage de fiction, tourné dans la cité de la Grande Borne de Grigny avec des jeunes y habitant, ​qui nous offre une vision inédite de ce quartier, vu de l’intérieur. Un portrait de la jeunesse ​d’​aujourd’hui, où douceur, violence et confessions se mêlent à la poésie : le​ film est inspiré de Je suis Gong, poème d’Henri Michaux.

“Dans le chant de ma colère il y a un œuf,
Et dans cet œuf il y a ma mère, mon père et mes enfants,
Et dans ce tout il y a joie et tristesse mêlées, et vie.
Grosses tempêtes qui m’avez secouru,
Beau soleil qui m’as contrecarré,
Il y a haine en moi, forte et de date ancienne,
Et pour la beauté on verra plus tard.
Je ne suis, en effet, devenu dur que par lamelles ;
Si l’on savait comme je suis resté moelleux au fond.
Je suis gong et ouate et chant neigeux,
Je le dis et j’en suis sûr.”

_________________________________

Mercredi ​18 Janvier 2017
«Filmer le réel et ses dramaturgies »

En présence des cinéastes Gregory Cohen et Jeremy Gravayat
Rencontre entre fiction, pratiques immersives, expérimentations cinématographiques et participation des habitants sur un territoire.
Projection de :

1- Les bruits de la cité, 2017 ; version de travail.
Réalisateur : Gregory Cohen.

Tourné dans le cadre d’un travail de thèse en sociologie qui impliquait un séjour immersif  de plusieurs années dans une cité de la ville des Mureaux (Yvelines), le film propose à 6 jeunes habitants de cette cité de jouer leur vie à partir d’une esquisse de scénario autour des jeunes et de l’amour dans la cité. Fiction et documentaire se mêlent dans cette rencontre entre les mondes.

2- Planches, clous, marteaux, 2015 ; version de travail.
Réalisateur : Jeremy Gravayat

Le bidonville de La Campa, qui fût l’un des plus grands de la région parisienne, était établi à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, entre 1950 et 1970. Ce film est un premier fragment d’un projet au long cours sur l’histoire de l’habitat social et précaire en Seine-Saint-Denis, mené en collaboration avec des habitants de La Courneuve. Ces enquêtes, récits oraux, images et documents d’archives, ont été rassemblés dans un livre-journal gratuit d’une centaine de pages : Atlas – Histoires de l’Habiter. Ce projet est réalisé avec Yann Chevalier et le soutien de l’équipe de L’Abominable.

Le séminaire est associé à une initiative étudiante : le ciné-club PSL-Filmer le champ social, qui organise des cinés-débats au cinéma Le Champo (75005) le 3° lundi du mois, à 20h, en présence des cinéastes documentaristes.

La prochaine projection aura lieu le lundi 16 Janvier à 20 H au cinéma Le Champo (75005) avec le film de Yanira Yariv. AMOURS ET METAMORPHOSES (Amori e metamorfosi) © Acis productions. 2015-88mn. Prix des Ecrans Documentaires 2015. Sélectionné au Festival de Locarno, présenté aux Etats Généraux du film documentaire de Lussas.

Non loin de Rome, dans des paysages sans âge, trois mythes tirés des Métamorphoses d’Ovide sont interprétés par des comédiens non professionnels, femmes et hommes pour la plupart Trans, qui re-jouent ici l’amour et les métamorphoses des corps : quand Callisto est transformée en Ourse, quand Jupiter devient Diane et Glaucus un dieu marin, quand la nymphe Salmacis se fond à jamais dans le corps du jeune Hermaphrodite… Le film laisse les interprètes se tenir au bord, à la frontière entre leur actualité et leur personnage mythologique et
​ ​donne ainsi forme à une fable documentaire sur le genre, le mythe et le politique de grande intensité.

SEANCE SUIVIE D’UNE RENCONTRE AVEC LA CINEASTE YANIRA YARIV animée par Lucie Leszez, Alice Rosenthal et Monique Peyrière (PSL/EHESS/ENS, UEVEvry).
Réservation conseillée au cineclub.fcs@gmail.com et FB https://www.facebook.com/events/1150333351730339/

_________________________________

Mercredi 15 février
 «Filmer ensemble : formes du vivre, précaires, poétiques, politiques»

En présence des cinéastes Nathalie Nambot et Olivier Derousseau

Avec les extraits :

1- Brûle la mer, 2014- 75 ‘
Réalisation: Nathalie Nambot et Maki Berchache

Brûle la mer se tient au croisement paradoxal entre l’énergie vive d’une  révolution en cours, l’élan d’un départ vers l’Europe, et, la violence d’un accueil  refusé.
Le film guette ce qui constitue la trame sensible d’une existence à un moment de rupture.   Ce qu’il y a d’infime, de plus commun, loin de l’exotisme, mais hanté  par le rêve, comme un appel.
Il ne s’agit pas d’un documentaire sur  l’émigration ou la révolution, c’est un essai sur la liberté ou plutôt de liberté :  une tentative d’évasion réelle et fictive auquel la fabrication d’un film participe,
prenant part de ce processus d’émancipation : brûle la mer, les frontières, les lois, les papiers…
Qu’est-ce que rompre avec sa vie passée, quitter son pays, sa famille où prévalent encore vaille que vaille des liens très forts de solidarité, d’entraide et un attachement ancestral à la terre,
pour rejoindre le monde mythifié  et dominé par les rapports capitalistes.
Qu’est-ce que : Vivre sa vie ?

2- Une tempête, 2015 ; 45′.
Réalisation: De Jane David, Olivier Derousseau, Joachim Gatti, Jean-Baptiste Leroux, Tristan Varlot, Les Envolées

Des personnes, ensemble, cherchent quelque chose. Ce qu’ils cherchent, ils ne le savent pas très bien. Mais ils savent que c’est important. Et pas seulement pour eux, mais pour d’autres, ailleurs dans d’autres lieux. Cette chose, ils seraient tentés de la nommer. Mais à ce moment, l’important est d’abord de la faire exister, entre eux. Pour cela, ils ont décidé de faire un film à partir d’une pièce de théâtre, La Tempête de Shakespeare. Ils auraient pu faire autre chose, mais ils ont décidé de faire cela. Ce qu’ils montrent, c’est eux, jouant Shakespeare et discutant de ce que peut vouloir dire jouer Shakespeare à Aulnay-sous-Bois. Et pendant ce temps, une chose apparaît. Invisible pour elle-même, mais évidente dans la tonalité des voix, la tension des corps, une manière d’être ensemble.

Le séminaire est associé à une initiative étudiante : le ciné-club PSL-Filmer le champ social, qui organise des cinés-débats au cinéma Le Champo (75005) le 3° lundi du mois, en présence des cinéastes documentaristes. La prochaine projection aura lieu le lundi 20 Février à 19H30 au cinéma Le Champo (75005)

avec le film de César Vayssié. UFE(UNFILMÉVÈNEMENT). © AFE (Association Film Evènement)- 2016- 153′. Prix Georges de Beauregard au FIDMarseille 2016. Prix du public au FIDMarseille 2016. Séance spéciale  aux Etats Généraux du film documentaire de Lussas 2016.

Que produit (crée) une société (une équipe) sans projet (scénario) face au désir (choix) impérieux (nécessaire) de refaire (fabriquer) un monde (un film) autrement ? L’exhibition (la projection) de soi, acte (phénomène) risqué (physique) qui est le corollaire (la conséquence) de tout engagement (action) politique et amoureux (artistique).

SEANCE SUIVIE D’UNE RENCONTRE AVEC LE CINEASTE CESAR VAYSSIE  animée par Lucie Leszez, Pierre Ramond et Monique Peyrière (PSL/EHESS/ENS, UEVEvry).

_________________________________

Mercredi 15 Mars 2017
« Habiter l’amour, habiter la ville »: parcours de cinéastes 

En présence d’Alice Diop et de François Chilowicz

Projection d’extraits des films :

*Vers la tendresse – 39′- 2015.​Extraits.​
de Alice Diop. en sa présence.
Ce film est une exploration intime du territoire masculin d’une cité de banlieue. En suivant l’errance d’une bande de jeunes hommes, nous arpentons un univers où les corps féminins ne sont plus que des silhouettes fantomatiques et virtuelles. Les déambulations des personnages nous mènent à l’intérieur de lieux quotidiens (salle de sport, hall d’immeuble, parking d’un centre commercial, appartement squatté) où nous traquerons la mise en scène de leur virilité ; tandis qu’en off des récits intimes dévoilent sans fard la part insoupçonnée de leurs histoires et de leurs personnalités.

Le film a obtenu notamment le César 2017 du meilleur court-métrage et en 2016 le prix du jury du Festival International de Films de Femmes​

Le film est disponible sur la plateforme TENK : 

http://www.tenk.fr/

 Quartier impopulaire 2015, 19 minutes Extraits.​
de François Chilowicz, en sa présence​

Toulouse, le Mirail. Délinquance, émeutes, religion et terrorisme, il semblerait que de part et d’autre du ghetto, on ne se comprenne pas. L’écart se creuse inexorablement. Ce documentaire propose une parole  installée dans le temps et la confiance. Parfois direct et abrupt, voire déroutant et choquant, cet échange est nécessaire pour nouer les premiers fils d’un dialogue. Il s’agit d’apprendre à se comprendre pour déjouer la tentation du rejet de l’autre.

Le film est disponible sur Youtube

Le séminaire est associé à une initiative étudiante : le ciné-club PSL-Filmer le champ social, qui organise des cinés-débats au cinéma Le Champo (75005) le 3° lundi du mois, à 20h, en présence des cinéastes documentaristes.

La prochaine projection aura lieu le lundi 20 Mars à 20H au cinéma Le Champo (75005) avec le film Maria Koukouta et Niki Giannari : Des spectres hantent l’Europe

La vie quotidienne des migrants (Syriens, Kurdes, Pakistanais, Afghans et autres) dans le camp d’Idomeni. En attendant de traverser la frontière gréco-macédonienne : des queues pour manger, pour boire du thé, pour consulter un médecin. Un jour, l’Europe décide de fermer ses frontières une bonne fois pour toutes. Les « habitants » d’Idomeni, décident, à leur tour, de bloquer les rails des trains qui traversent la frontière…

_________________________________

19 Avril 2017 : « ​​F​ilmer/photographier une mémoire en devenir »
Avec le réalisateur Laurent Bécue-Renard​ et l’ethno-anthropologue Véronique Nahoum-Grappe
1/ ​Extraits des films Of Men and War ​- 2014. 2h22​
Ils auraient pu s’appeler Ulysse, ils s’appellent Justin, Brooks ou Steve. Ils auraient pu revenir de Troie, ils reviennent d’Irak ou d’Afghanistan. Pourtant, pour eux aussi, le retour au pays est une longue et douloureuse errance. Partis combattre pour l’Amérique, les douze guerriers de Of Men and War sont rentrés du front sains et saufs mais l’esprit en morceaux, consumés de colère, hantés par les réminiscences du champ de bataille. Leurs femmes, enfants et parents ne les reconnaissent plus et les regardent, impuissants, se débattre contre d’invisibles démons. Guidés par un thérapeute pionnier des traumatismes de guerre, ils vont peu à peu tenter ensemble de mettre des mots sur l’indicible et de se réconcilier avec eux-mêmes, leur passé, leur famille.
De guerre lasses​. 2003. 1h45​
Apres la guerre, à Tuzla  en Bosnie, trois jeunes femmes qui ont perdu un fils, un mari, des parents, sont accueillies dans un centre de psychothérapie. Dans leur esprit et dans leurs corps, règnent ces images de violence folle, de meurtre, de tortures dont elles ont été et témoin et victime, et ces images ne les laissent plus en paix…. Auprès de Fika Ibrahimefendic, la psychothérapeute, et en présence du cinéaste, elles vont au cours d’une année passée ensemble chercher et trouver les mots, leurs mots, qui diront leur souffrance et atténueront la violence des images dont elles sont prisonnières. Au terme de cette année, une vie nouvelle semble pouvoir enfin se concevoir. A leur côté, un film advient.
Réalisateur : Laurent Bécue-Renard; ​E​n sa présence
​Le film Of Men and War sera projeté dans son intégralité à la séance du ciné-club PSL Filmer le champ social ​du Lundi 17 Avril à 19h30 au cinéma Le Champo (75005).
2/ ​Projection de photographies N/B de Marc Pataut
Exposition  KESKONFE ici?;​ 2017.​
Portraits réalisés par le photographe Marc Pataut accompagné par l’ethno-anthropologue Véronique Nahoum Grappe, chercheure au Centre Edgar Morin
« Pendant près de trois ans, à raison de quelques samedis par mois, j’ai accompagné les activités de l’atelier photo animé par Marc Pataut au sein de l’association de prévention spécialisée La Brèche, dont le local est situé à Roissy-en-Brie, mais dont les activités multiples s’inscrivent aussi dans le territoire communal de Pontault-Combault. La question que s’est posée tout le temps l’ethnologue est la suivante : Qu’est-ce qu’on fabrique ici ensemble ? Keskonféici ? »
En présence de Véronique Nahoum-Grappe
____________________________

Mercredi 17 Mai 2017 à l’EHESS de 15h à 18h, salle 8 du 105 Bd Raspail

Les cinéastes ​Patric Chiha et Yanira Yariv sont les invités de la séance « Filmer les espaces-temps du genre » du​ séminaire Filmer le champ social qui se déroulera le mercredi 17 Mai  à l’EHESS de 15h à 18 h  en salle 8 du 105 bd Raspail.

​ »Filmer les espaces-temps du genre »
​En présence des cinéastes Patric Chiha et Yanira Yariv
​Extraits des films
​1/ Brothers of the night201​6​ – ​88 minutes
Réalisateur : Patric Chiha
Clairement inspiré d’une esthétique fasbinderienne (les lumières et les costumes de Querelle sont cités en ouverture), avec ces Frères de la nuit, Patric Chiha décide de raconter la complexité de la vie de quelques garçons, rom bulgares, qui vendent leur corps dans une boîte de nuit de Vienne. Importe moins le quotidien crapoteux du commerce sexuel que la théâtralité, les fables que tout le monde entretient ici, clients tout comme démarcheurs. Car on parle énormément ici, pour conjurer autant que pour entretenir, pour rêver autant que pour frimer.
​2/ Amours et métamorphoses, 2015- 88 minutes

Réalisatrice: Yanira Yariv​ :

Non loin de Rome, dans des paysages sans âge, trois mythes tirés des Métamorphoses d’Ovide sont interprétés par des comédiens non professionnels, femmes et hommes pour la plupart Trans, qui re-jouent ici l’amour et les métamorphoses des corps : quand Callisto est transformée en Ourse, quand Jupiter devient Diane et Glaucus un dieu marin, quand la nymphe Salmacis se fond à jamais dans le corps du jeune Hermaphrodite… le film laisse les interprètes se tenir au bord, à la frontière entre leur actualité et leur personnage mythologique et donne ainsi forme à une fable documentaire sur le genre, le mythe et le politique de grande intensité.

​* Le séminaire est associé à une journée d’étude ​ »Le Film comme « Forme-de-Vie », une expérience commune Iran/France », qui se déroule le 18 Mai en matinée dans la salle Jean Rouch du Musee de l’Homme, et l’après midi dans la salle de projection de la Cité de l’Architecture-
Entrée libre sur réservation :

___________________________________________________________________________

2015-2016 : Peut-on filmer la pensée?

Pratiques filmiques et réflexivité en sciences sociales

Cette question a le privilège de se situer au croisement de la pratique du chercheur avec celle du cinéaste. Elle exprime une sorte d’aporie à la fois épistémologique, philosophique et pratique qui se pose au chercheur-cinéaste. En effet un film révèle avant tout ce que le texte sociologique tend à refouler, c’est-à-dire le visage de l’autre, son corps et au-delà même du visible, des images et de ses paroles, son être intime, tandis que l’écrit formule et développe pleinement ce que le film ne peut exposer directement, l’activité du sujet pensant et tout particulièrement son expression  intellectuelle..

Le séminaire propose de relever le défi que lance la pensée à ces matériaux sensibles que sont les images et les sons. Et si la fabrication d’un film se révélait être un moment privilégié où se pense la pensée, tentative d’en comprendre le processus d’émergence, occasion de la mise en abyme d’un mouvement réflexif méthodique tel que l’explore Edgar Morin dans son œuvre? Dans un retournement fécond la translation de l’abstrait vers le visible renverse la question initiale qui devient, tel le titre donné par Jacques Aumont à l’un de ses ouvrages,  A quoi pensent les films?

En présence des équipes de réalisation, le séminaire portera attention aux écritures filmiques innovantes qui se confrontent à ce désir de filmer la pensée, en acte (mise en œuvre d’une pensée) ou en paroles (filmer l’homme, la femme, le collectif qui pense l’œuvre), dans la fidélité ou l’irrévérence.

Le séminaire est ouvert à toute personne portant attention au cinéma documentaire en relation aux sciences sociales

Daniel Friedmann et Monique Peyrière .
Centre Edgar Morin IIAC-CNRS/EHESS
EHESS 105 Bd Raspail- Salle 815H-18H

_________________________________

Mercredi 21 octobre 2015
Filmer Edgar Morin et le cinéma

En présence de François Bucher, artiste et réalisateur

Avec les extraits des films :

1- Chronique d’un film, 2011, 240′, R
Réalisateur : François Bucher

À partir des rushes  retrouvés 40 ans après le tournage du film Chronique d’un été, le réalisateur  François Bucher construit un film inédit  avec pour intention de restituer la pensée du montage qu’Edgar Morin souhaitait alors opérer sur le matériau du film, coréalisé avec Jean Rouch. En toute complicité avec l’auteur de Le cinéma et l’homme imaginaire (1956).

2 – Chronique d’un regard, 2014, 81′,
Réalisateurs : Céline Gailleurd et Olivier Bohler

Plus qu’un portrait, nous avons rêvé un itinéraire… Nous nous sommes  inspirés des grands concepts développés par Edgar Morin comme la projection, les doubles, les fantômes, les masques, les ombres, qui sont tous très visuels, pour appuyer sa parole et créer un univers autour de lui »…

_________________________________

Mercredi 18 novembre 2015
De Mariages en Filiations : Filmer le Masculin-Féminin

Avec Françoise Héritier et Irène Théry
En présence des cinéastes Teri Wehn-Damisch, Mathias Théry, Etienne Chaillou. 

Avec les extraits des films : 

1- Françoise Héritier, La pensée de la Différence, 2008, 52′, Cinétévé, collection Empreintes
Réalisatrice : Teri Wehn-Damisch

Françoise Héritier, professeur émérite au Collège de France a occupé la chaire d’étude comparée des sociétés africaines. Ses recherches ont porté sur les fondements de la domination masculine et son influence sur les relations masculin-féminin. Travaillant aussi sur la Cité, elle a présidé le Conseil national du sida entre 1989 et 1994, et s’engage sur la contraception, l’éthique de la reproduction et de la sexualité ainsi que sur la violence faite aux femmes.

2 – La Sociologue et l’ourson, 2015, 80′
Réalisateurs : Mathias Théry, Etienne Chaillou

De septembre 2012 à mai 2013, la France s’enflamme autour du projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels. Pendant ces neuf mois de gestation législative, la sociologue de la famille, Irène Théry, raconte par téléphone à son fils les enjeux du débat. De ces enregistrements nait un cinéma d’ours en peluches, de jouets, de bouts de cartons. Portrait intime et feuilleton national, ce film nous fait redécouvrir ce que nous pensions tous connaître parfaitement : la famille.

_________________________________

Mercredi 16 Décembre 2015
Thérapeutes et Patients : Filmer les surgissements ou les traumas de la pensée

En présence des cinéastes
Daniel Friedmann, Laurent Bécue-Renard

Avec les extraits des films : 

1- François Roustang, Entretien avec Daniel Friedmann,1983 ,2008
Réalisateur : Daniel Friedmann

En 1983 en coréalisation avec Jérôme Blumberg, puis en 2008, Daniel Friedmann, chercheur au CNRS, filme certains des plus grands analystes exerçant en France.

Entretien de 2003 : François Roustang compare psychiatres et psychanalystes, conteste fortement la pratique des séances « courtes » et rend compte de la situation de la psychanalyse après la mort de Lacan. Il aborde également son passage de l’état de prêtre à l’état d’analyste.

Entretien de 2008 : François Roustang n’est plus psychanalyste en 2008 ; il a mis radicalement en question la psychanalyse et il est devenu hypnothérapeute. Il définit les principales différences conceptuelles et méthodologiques entre l’hypnose éricksonienne qu’il pratique et la psychanalyse.

2 De guerre lasses, 2003, 105′
Réalisateur : Laurent Bécue-Renard

Apres la guerre, à Tuzla  en Bosnie, trois jeunes femmes qui ont perdu un fils, un mari, des parents, sont accueillies dans un centre de psychothérapie. Dans leur esprit et dans leurs corps, règnent ces images de violence folle, de meurtre, de tortures dont elles ont été et témoin et victime, et ces images ne les laissent plus en paix…. Auprès de Fika Ibrahimefendic, la psychothérapeute, et en présence du cinéaste, elles vont au cours d’une année passée ensemble chercher et trouver les mots, leurs mots, qui diront leur souffrance et atténueront la violence des images dont elles sont prisonnières. Au terme de cette année, une vie nouvelle semble pouvoir enfin se concevoir. A leur côté, un film advient.

Prix du film de la paix au festival international du film de Berlin.

_________________________________

Mercredi 27 Janvier 2016
Filmer les archives, penser les guerres

En présence des cinéastes
Laurent Roth et Jéremy Gravayat

Avec les extraits des films :  

1- Les yeux brûlés, 1986/ film repris en 2015,  58′
Réalisateur : Laurent Roth

« Les Yeux Brûlés sort en 1986. A travers ce film de commande pour l’ECPAD, c’est à ceux qu’on appelle les « soldats de l’image » que Laurent Roth s’intéresse, ceux dont la mission spéciale est de rendre compte de la guerre. Par un détournement d’images d’archives et à travers la forme de ce que l’on appelle aujourd’hui « docu-fiction », ce film tente ici avec subtilité d’exprimer ce que les clichés de guerre racontent de la vie et de l’état d’esprit de ces hommes envoyés au front. Au delà des images elles-mêmes, c’est dans l’acte de naissance des photographies que nous sommes immergés, dans la dure posture de l’observation figée et dans le temps hors-temps de la guerre ».(Rym Bouhedda , Le Blog documentaire)

2 Atlas, autour d’un film en cours. 

et Planches, clous, marteaux, 11′, 2014.
Réalisateur : Jérémy Gravayat

«  Depuis deux ans, je suis accueilli par L’Abominable, laboratoire cinématographique partagé, installé à La Courneuve en Seine-Saint-Denis, dans une portion vouée à démolition de la Cité des 4000. J’y travaille à la réalisation d’un film sur le devenir habitant, qui, en partant de la collecte de récits oraux, cherche à retisser ce qui cohabite et fait cité dans le recoupement d’expériences passées et présentes du logement en banlieue. Ces récits forment une histoire intime tout autant que collective, celle de la vie des Grands Ensembles, mais aussi de leurs entours, parcours d’habitants des bidonvilles d’hier et d’aujourd’hui, des cités de transit ou des foyers. En prenant le temps de faire de nombreuses rencontres, sans caméra, de me plonger dans des fonds d’archives, d’écrire un film à partir des mots des uns et des autres, d’organiser des débats publics, ou de réaliser et distribuer un journal rendant compte de ces recherches, je souhaite déplacer un peu conjointement la production du cinéma, l’apparition de la parole et certaines formes de représentations ou de participations attendues ».(Jeremy Gravayat)

Le décès de Daniel Fabre,  directeur du  IIAC-EHESS/CNRS dont le Centre Edgar Morin est une des équipes,  est survenu brutalement ce dimanche.  Nous partageons le chagrin de ses proches et la peine qu’éprouvent ceux , nombreux, qui ont croisé sa passion de la recherche.

_________________________________

Mercredi 11 février 2016
Penser la création, Filmer l’artiste,

En présence de la cinéaste Laetitia Mikles et de Catherine Choron-Baix, directrice de recherche au CNRS.

Avec les extraits des films :

1 – Et là-bas souffle le vent2015, 59′,
Réalisatrice : Laetitia Mikles

Des chemins, Laurent Pariente en a suivi de toutes sortes. Le chemin tortueux de la fugue, très jeune. Puis, très vite, les chemins obliques de la création plastique. Laurent a offert aux spectateurs des parcours labyrinthiques dans lesquels perdre pied. Des dédales d’argile, des labyrinthes de craie… Un jour, Laurent Pariente a bifurqué : il est devenu chef cuisinier à New York. On ne se promenait plus dans son œuvre, on la goûtait, on l’absorbait. Pour lui, ces tracés multiples forment un seul et même parcours ; il continue de creuser le même sillon de la création, et de l’émerveillement. Ce documentaire, présenté en avant première au festival international du film d’Art , est un duo de création : quand une artiste filme un autre artiste , que pense le film?

2 Shoulder The Lion,  74′, 2015
Réalisateurs : Erinisse Heuer et Patryck Rebisz

En  présence de Catherine Choron-Baix, qui a accompagné une partie du tournage.

Un musicien qui perd l’ouïe, une photographe qui devient aveugle, une peintre dont le cerveau est mis à mal : que devient l’artiste et son art dans l’épreuve de la perte d’un sens qui donne sens à son art? Ce documentaire américain, qui a reçu de nombreux prix dans les festivals internationaux, interroge l’expérience d’un rétablissement propice à une métamorphose personnelle et artistique.

_________________________________

Mercredi 16 mars 2016
Filmer « L’​esprit » des films : Chris Marker et F. W. Murnau

En présence ​des cinéastes Arnaud Lambert et Yves de Peretti​

1- ​Chris Marker, never explain, never complain ; 2016, ​film en cours d’achèvement​
Réalisat​eurs : ​Jean Marie Barbe et Arnaud Lambert

Réalisé dans le cadre de la collection « Lumière de notre temps », ce film documentaire parcourt les grands temps de l’œuvre du cinéaste Chris Marker, en mêlant rencontres avec des compagnons de route (Hélène Chatelain, Pierre Lhomme, Inger Servolin, Thierry Garrel, Patricio Guzman, etc.), textes écrits par Marker et lus par des voix qui lui étaient chères (Françoise Widhoff et Laurence Braunberger) et un grand nombre d’extraits tirés de sa prolifique filmographie.

2 Tabu, dernier voyage, ​80′, ​1996
Réalisateur : ​Yves de Peretti

En 1929, fuyant les artifices d’Hollywood et l’emprise des studios, Friedrich Wilhelm Murnau réalise un vieux rêve d’enfance : partir en bateau dans les mers du Sud pour réaliser un film entièrement en décors naturels, avec des comédiens non-professionnels : « Tabou », le dernier chef-d’œuvre du cinéma muet. Les catastrophes n’ont cessé de jalonner le tournage de ce film sur lequel semble avoir pesé une malédiction. On raconte que Murnau avait violé le « tabou » en tournant dans des lieux sacrés et en construisant sa maison près d’un ancien temple. La réalité dépassa définitivement la fiction lorsque Murnau mourut mystérieusement dans un accident de voiture en se rendant à la première de son film. Tourné pour l’essentiel à Tahiti et à Bora Bora, ce film s’attache à retracer le voyage de Murnau en Polynésie et à éclairer l’histoire de cette malédiction.

Projections-débats films documentaires au cinéma Le Champo