Actualité / Contact

PROCHAINE SEANCE DU CINE-CLUB PSL FCS :
lundi 18 juin  2018
à 20H
au Cinéma Le Champo

JUSQU’A CE QUE LE JOUR SE LEVE, 2017,108’
Un film de Pierre Tonachella
© L’image d’après, Vosges Télevision
Sélection au Cinéma du Réel (2018)

Dans les marges de la périphérie des villes, Pierre, chômeur, affronte sa solitude. Ses amis partagent leurs semaines entre labeur et week-end de fête déchaînée. À leurs côtés, Théo, martèle des déchets en chantant. Tous tentent de faire d’une fuite une évasion. Le cinéaste filme ses amis d’enfance, demeurés dans l’Essonne rurale où il a grandi. Leur quotidien de désœuvrement, de beuverie ou de travail est scandé par la musique. « Un film avec eux, pour aller chercher ce qui gronde dans l’oubli et les marges du territoire. »

RENCONTRE AVEC LE CINEASTE, animée par Colette Boisivon, Lucie Leszez et Monique Peyrière.

Renseignements et Réservations :
*CINE-CLUB PSL-Filmer le champ social :
Mail : cineclub.fcs@gmail.com
Carnet hypothèses : https://fcs.hypotheses.org/

*LECHAMPO www.cinema-lechampo.com
51, rue des Écoles – 75005, Paris. Tél : 01.43.29.79.04
Métro : Odéon/St Michel/Cluny/Luxembourg
Billets en prévente à partir du 12 Juin sur le site du Champo. Informations: cinemalechampo1@gmail.com

Prochaine séance le lundi 19 Novembre

 

 __

 PROCHAINE SÉANCE DU SÉMINAIRE :

Mercredi 23 Mai (exceptionnellement)
15H à 18H dans l’amphithéâtre Furet rez de chaussée au 105 bd Raspail (75006) :

 https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/684/

Séminaire Filmer le Champ Social coanimé par Daniel Friedmann et Monique Peyrière (Centre Edgar Morin-IIAC/EHESS/CNRS/ Université d’Evry).

Le séminaire accueille les cinéastes Anna Roussillon et Aminatou Echard pour la séance

Filmer les rebellions intimes, avec le temps 

​Extraits des films : ​

* Je suis le peuple, 2014, 112′
D​’Anna Roussillon

« La révolution ? T’as qu’à la regarder à la télé ! », lance Farraj à Anna quand les premières manifestations éclatent en Egypte en janvier 2011. Alors qu’un grand chant révolutionnaire s’élève de la place Tahrir, à 700km de là, au village de la Jezira, rien ne semble bouger. C’est par la lucarne de sa télévision que, Farraj va suivre les bouleversements qui secouent son pays. Pendant trois ans, un dialogue complice se dessine entre la réalisatrice et ce paysan égyptien : lui, pioche sur l’épaule, elle, caméra à la main.  Leurs échanges témoignent du ballottement des consciences et des espoirs de changement : un cheminement politique lent, profond et plein de promesses…

* Djamilia, ​2018, 84′
De Aminatou Echard

Au Kirghizistan, le film part à la recherche de Djamilia, le personnage principal du roman de Tchinghiz AÏtmatov, une jeune fille en rupture avec les règles de la société khirghize. Nous rencontrons des femmes qui nous parlant de Djamilia, libèrent une parole intime, nous parlent de leurs désirs, de règles et de liberté.

Extraits du journal de tournage de la réalisatrice : « Quelques femmes me disent qu’elles prennent du temps pour elles la nuit, avant le coucher, lorsque la maison est silencieuse. L’une regarde les étoiles, écoute les respirations, une autre écrit. J’imagine des détails de la maison. Ombres. Allées et venues dans le silence. Images que je ne pourrai pas filmer. La maison n’est pas le lieu de l’intime ici, j’ai fait erreur. Je me retrouve dehors avec peu de temps, dans des lieux chaque fois changeants, au pied levé, à devoir fabriquer un environnement de confiance, en retrait des regards et des oreilles, le temps d’un échange, toujours très bref…Filmé cette petite fille en équilibre sur le rebord de la fenêtre. Sur le seuil, entre le dedans et le dehors, toujours. Penser des passages. Toujours sur le fil ».

Projections-débats films documentaires au cinéma Le Champo